AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Mer 3 Oct - 18:02

Gabriel attacha son cheval à un tronc d'arbre. Il n'était pas encore là, cet homme qui avait dit s'appeler Dorian et qui lui avait expressément donné rendez-vous dans cette clairière au cœur de la forêt.

Le jeune prince n'avait pas la moindre idée de la façon dont l'homme s'y était pris, le fait est que ce matin-là, et peu après qu'Anna, sa femme, soit allée faire sa toilette, un mot avait été glissé sous sa porte. Il n'était pas signé, mais pour Gabriel, il ne faisait aucun doute que c'était lui. Qui donc cela aurait-il pu être.

Le prince avait longuement hésité avant de se mettre en route vers la forêt. L'homme, à qui il avait parlé lors d'une rencontre au marché, ne lui inspirait pas la plus grande des confiances. Et pour cause, il était... étrange.

Devait-il vraiment croire dans tout ce qu'il disait ? Gabriel avait beau être naïf, il n'en était pas certain, mais il voulait au moins croire dans le fait qu'il savait où se trouvait Eleonore, et comment elle allait... Rien ne lui importait davantage que de savoir si elle était en bonne santé, faute d'être certain que cet homme mystérieux le laisserait la revoir un jour.

Sa décision était finalement prise. Il ne prévint personne, évidemment, pas même Anthony, s'arma de son épée (on est jamais trop prudents), et quitta le château des Basiel aussi discrètement qu'il le put. Ce n'était pas une mince affaire... Sans que Gabriel sache pourquoi, voilà un moment que son père ne semblait plus dans son état normal. Il avait l'air... anxieux, ce qui était rare pour un homme que le prince tenait comme étant l'un des hommes les plus calmes qu'il connaisse.

Il parvint à échapper à la vigilance des gardes en prétextant une simple promenade dans les jardins du château. Il attendit la relève de la garde pour chercher son cheval à l'écurie, et fila à travers la forêt le plus rapidement possible, pour s'assurer qu'on ne le suivrait pas.

Gabriel ne connaissait pas très bien la forêt, c'était un lieu qu'il évitait, d'ordinaire, car il le savait peuplé des créatures magiques les moins fréquentables (c'est ce que son père lui avait affirmé, en tous cas), il s'était perdu à plusieurs reprises avant d'arriver à la clairière où il se trouvait à présent.

Si au moins c'était la bonne... Gabriel n'osait pas parier là-dessus, son sens de l'orientation était mis à rude épreuve, et l'endroit était résolument vide. Peut être ne viendrait-il pas ? Peut-être était-ce une farce ? Ou peut-être, encore, était-ce un piège ?

Notre prince était des plus courageux, mais il savait s'inquiéter du danger malgré tout, et à cet instant, il le flairait... sa main restait sur le pommeau de son épée, prêt à dégainer au moindre bruit un tant soit peu suspect.

Son cheval ne semblait pas plus à l'aise que lui, visiblement stressé par un environnement qui ne lui était pas familier. Gabriel lui caressa discrètement l'encolure de sa main vacante, son regard ne cessant de balayer l'espace, attendant. Quand enfin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Lun 8 Oct - 17:06


"Qui se nourrit d'attente risque de mourir de faim" + Gabriel



Quand Gabriel arriva sur les lieux du rendez-vous, Nathaniel était déjà là depuis un moment, mais comme à son habitude, il n'avait l'intention de se manifester qu'une fois qu'il aurait convenu que la personne qu'il avait fait venir aurait suffisamment attendu. Faire patienter un prince était d'une impolitesse manifeste, mais que pouvait-il bien devoir au fils de l'homme qui l'avait condamné à passer presque la moitié de sa vie en prison ? Quand Nathaniel estima avoir suffisamment fait attendre le rejeton Basiel, il abandonna sa cachette, et vint à la rencontre de ce bon prince, conforme à l'image que le vagabond avait retenu de lui, le cheval en plus, histoire de pousser à son paroxysme le cliché vivant qu'il représentait. Son éternel sourire aux lèvres, le fugitif s'inclina face à son royal interlocuteur, pas tant par respect ou convention qu'au nom d'une ironie qu'il était le seul à pouvoir saisir.

-Excusez mon retard, majesté.


La politesse était encore de mise, peut-être plus pour longtemps. Nathaniel avait conscience qu'il devait, pour le moment, ménager les sentiments et les émotions de son interlocuteur, le temps que ce dernier parvienne à lui faire entièrement confiance, ce qui n'était pas une mince affaire. Car oui, c'était de cela, qu'il était question, entre autres, de parvenir à endormir la confiance du jeune homme, de fausser son jugement jusqu'à ce que le doute soit instillé au plus profond de lui-même. Ce ne serait pas forcément une mince affaire, tant le rejeton d'Edgar semblait avoir une confiance aveugle en son père... Mais ce pouvait toujours s'arranger, l'ex prisonnier n'en doutait pas la moindre seconde.


-Je suis honoré de vous revoir, je n'étais pas certain que vous viendriez.


Ce n'était pas tout à fait vrai. Nathaniel savait preuve de suffisamment d'autosuffisance pour penser qu'aucun de ses plans ne pouvaient jamais échouer, quand bien même il avait été hasardeux de demander à Anthony de transmettre le message à Gabriel (Anthony qui avait fait plus que lui tenir rigueur de tout cela... plus encore en apprenant sous quel nom il s'était présenté au prince de Féerie), plus encore de l'inviter, sans autre raison particulière que celle de passer le temps, de s'amuser... Oh, bien sûr, il y avait autre chose... Il avait des projets, pour le rejeton d'Edgar, beaux et grandioses. Projets qui ne seraient pas des plus évidents à mettre en œuvre, mais que Nathaniel avait à cœur de réaliser.
Monter le fils contre le père, ne serait-ce pas... parfait ?



(c) alysha



Dernière édition par Nathaniel le Mer 17 Oct - 11:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Jeu 11 Oct - 17:56

Gabriel commençait à perdre patience. Il était connu pour être un jeune homme calme et posé, il n'en demeurait pas moins que sa patience avait des limites. Il avait pour habitude d'obtenir directement ce qu'il désirait (pour cette raison, il avait obtenu la main d'Eleonore en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire). Il n'aimait pas qu'on le fasse attendre, et il avait le droit d'être mécontent, il était le prince de Féerie, après tout.

Au moment où son impatience gagnait sérieusement du terrain, la voix de celui qui se faisait appeler Dorian retentit à son oreille.


-Excusez mon retard, majesté.


Il était là, enfin. Gabriel ne retint un « c'est pas trop tôt » que parce qu'il avait bien d'autres choses à dire et à faire. Son temps lui était compté avant que l'on ne remarque son absence. Gabriel ne voulait pas avoir à s'en justifier, il n'était pas du tout doué pour le mensonge.

Gabriel préféra ne rien dire. Il n'accepta pas les excuses de son interlocuteur ni ne les refusa. Il n'aurait pas eu le temps de dire grand chose, quoi qu'il en soit, puisque l'homme qui lui faisait face, toujours trop désagréablement sûr de lui, avait déjà reprit la parole.


-Je suis honoré de vous revoir, je n'étais pas certain que vous viendriez.

Au moins se montrait-il poli. Gabriel tolérait beaucoup de choses, mais pas qu'on lui manque de respect. Faute de me répéter, il était prince, après tout.

Dans toute sa naïveté, Gabriel préféra penser que l'homme n'avait pas jugé nécessaire d'être ponctuel car il n'avait pas cru en sa présence. Et c'était totalement compréhensible. Après tout, ses obligations, et la surveillance constante des gardes et de ses parents, n'avaient pas rendu sa fugue facile.

Qu'importe, il était là, il était bel et bien en compagnie du seul espoir qu'il lui restait de revoir un jour Eleonore, et il comptait en profiter.

Pour cette raison, et faisant fi de toutes convenances, il en vint directement à son sujet de préoccupation, à la question qui lui brûlait les lèvres, sans chercher à se montrer poli à son tour, ou à s'embarrasser des quelques formalités qui précédaient les conversations ordinaires. À quoi bon faire semblant qu'il s'agissait d'une conversation ordinaire, de toute façon ? Ils savaient l'un comme l'autre que ce n'en était pas une.

-Comment va-t-elle ?


C'était tout ce qui l'intéressait, savoir qu'elle était en vie, savoir qu'elle était en bonne santé, savoir que, d'une manière ou d'une autre, elle s'en était sortie. Après, seulement, il tenterait de convaincre Dorian de le laisser la voir. Ce qui lui importait plus encore que tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Mer 17 Oct - 11:14



" A ce jeu de patience, je serai le maître". + Gabriel



Un sourire amusé, un. Ce bon prince n'avait pas seulement succombé au charme d'Eléonore, il en était désespérément et risiblement amoureux. Si Nathaniel l'avait aisément deviné après avoir entendu sa protégée lui parler du fils d'Edgar, et après s'être adressé à lui la première fois, il en avait à présent l'entière certitude. Ce gamin était naïf, fragile, béa d'admiration envers une demoiselle qu'il ne connaissait que peu, et qu'il ne connaîtrait jamais suffisamment (Nathaniel y veillerait). Il était sincère. D'une sincérité qui aurait pu paraître touchante à certains, mais évidemment pas à Nathaniel, le rejeton du roi était peut-être le dernier exemple d'individu honnête et armé de bonnes intentions qui existe. Pauvre enfant. Comment Edgar avait-il pu mettre au monde un marmot si sensible, et si sincère ? Le plus grand menteur de la création avait mit au monde son parfait opposé. Ce n'était pas un mal. Mais dans un monde où les lous régnaient en maître, le pauvre agneau ferait difficilement long feu... d'autant plus qu'il avait devant lui un prédateur des plus redoutables. Briser Gabriel entre ses doigts aurait été de la plus grande facilité, mais Nathaniel avait besoin de lui... et il était de toute façon plus amusant de jouer avec sa proie que d'y enfoncer directement ses crocs.

-Elle va bien, ne vous en faites pas. Elle est en sécurité...


C'était plutôt vrai, pour le moment du moins. Il l'avait laissé dans l'abri qu'ils s'étaient accaparé la veille, avec le reste du groupe. Il était rare qu'il laisse seule la jeune femme, et ce n'était pas sans raison. Nathaniel avec ceci en commun avec Gabriel de préférer voir Eleonore vivante que morte (oui, oui...), il n'appréciait pas outre mesure de la laisser seule. Mais comme pour tous les risques qu'il prenait, il le considérait comme un risque nécessaire (ce qui, dans les faits, n'était bien sûr absolument pas le cas).

Nathaniel avait l'intuition que le prince de Féerie ne se contenterait pas d'une telle réponse, il insisterait. Certes, le fugitif ne connaissait pas si bien que cela son interlocuteur, mais il avait l'intuition que le jeune homme était tout ce qu'il y a de plus simple à cerner. Il lui rappelait, plutôt ironiquement, Dorian, bien plus qu'il ne lui rappelait son père. À se demander si les deux Basiel étaient réellement du même sang... Enfin, peut-être Gabriel tenait-il davantage de sa mère. Sa mère... Nathaniel aurait vraiment été curieux de la rencontrer.

- Mais vous ne pouvez pas la voir. Pas encore.


Il sentait cette question venir, il préférait l'anticiper. Il savait que la patience du prince avait ses limites, et pouvoir rester en contact avec lui était une opportunité trop précieuse pour que le vagabond puisse décider de la gâcher. Malgré tout, il était trop tôt pour cela, il fallait, avant, qu'il parvienne à gagner la confiance de Gabriel, ce qui n'était pas un mince affaire, aux vues de toutes les raisons qui pouvaient éveiller la méfiance de ce bon prince. Mais Nathaniel avait suffisamment de confiance en lui pour garder la conviction qu'il n'aurait aucun mal à garder le jeune Basiel sous son emprise s'il le voulait.



(c) alysha




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Sam 20 Oct - 10:53

-Elle va bien, ne vous en faites pas.

Un soupir de soulagement manqua de franchir le seuil de ses lèvres, mais Gabriel le retint à temps, il ne voulait pas sembler diminué face à cet interlocuteur qui, il ne savait trop pourquoi, l'impressionnait quelque peu.

D'ailleurs, il ne pouvait être sûr des propos de ce dit Dorian. Il voulait le croire, vraiment, il ne voulait que cela... au point même d'en oublier toute prudence, mais ne pas faire preuve de ne serait-ce qu'un minimum de méfiance aurait été profondément absurde.

Peut-être qu'il lui mentait ? Peut-être que ses intention étaient plus troubles que ce qu'il voulait bien admettre... Peut-être qu'il ne savait pas ce qu'il était advenu d'Eleonore ? Ou, peut-être, encore, qu'il savait ce qu'il lui arrivait, et que les nouvelles n'étaient pas si bonnes qu'elle voulait le dire. Peut-être... peut-être était-elle morte ? Cette idée lui déchirait le cœur.


-Elle est en sécurité...

Là encore, Gabriel ne demandait qu'à le croire, en dépit du bon sens et de la raison. Il était si agréable d'avoir des nouvelles d'elles, quand bien même elles étaient sans doute fausses.

N'allez pas croire qu'il allait se contenter de cela malgré tout. Il voulait la voir. C'était même primordial, à ses yeux.


Mais vous ne pouvez pas la voir. Pas encore.


Bien sûr... Au moment même où Gabriel allait lui poser la question. Il s'en doutait, mais ces espoirs réduits à néant, il trouvait soudainement moins d'intérêt à cette entrevue. Peu lui importait cet homme étrange, seule comptait Eleonore. Son âme sœur...

Il n'y tenait plus. Il était parfaitement insupportable de l'imaginer dans la nature, en proie à des dangers potentiels, et de devoir compter sur la seule parole (qui lui semblait d'ailleurs très bancale) de l'homme mystérieux qui lui faisait face.

La situation était de plus en plus complexe, de moins en moins supportable. Que devait-il faire pour que quelqu'un tienne compte de ce qu'il ressentait ? Et comprenne son mal-être ?

Il n'en pouvait plus, de partager son lit avec la copie conforme de celle qu'il aimait, il n'en pouvait plus de l'ambiance austère qui régnait au château, des évidentes cachoteries que lui faisaient son père et Anthony. Il avait besoin... d'être entendu, d'être compris. D'obtenir, une bonne fois pour toute, ce que personne ne semblait prêt à lui accorder.

Il n'allait pas se contenter de cette réponse. L'homme avait voulu le voir, il voulait comprendre pourquoi, il voulait comprendre ce qu'il lui voulait, une bonne fois pour toutes. Et surtout, il voulait avoir la certitude que celle qui avait été sa promise était bel et bien en vie.

-Je veux une preuve. Le prince croisa les bras. Si elle va bien, si elle est en sécurité, comme vous dites, je veux une preuve. Il marqua une pause, son regard se planta dans celui de l'homme qui disait s'appeler Dorian. Pourquoi est-ce que vous avez voulu me voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Jeu 25 Oct - 20:10



" Existe-t-il méthodes plus douces que le chantage et la délation?". + Gabriel



Nathaniel n'ignorait pas que le plus difficile, lorsqu'il s'adressait à Gabriel, il fallait savoir contenir cette passion et cette impatience qui le caractérisait. Et plus il viendrait le voir, plus le vagabond prendrait le risque que ce bon prince se lasse et finisse par se fâcher... C'était un risque que l'ancien prisonnier prenait volontiers. À vrai dire, il était plutôt curieux de voir à quoi pouvait ressembler son interlocuteur, si naïf et docile, lorsqu'il se mettait en colère... vraiment en colère. Cela lui était-il seulement arrivé une seule fois dans sa vie ? Savait-il seulement ce qu'était ce sentiment ? Il semblait si calme et si docile qu'il était difficile de l'imaginer se laisser aller à l'emportement... Mais en poussant le vice un peu loin... c'était très probable. Et ce spectacle serait certainement délectable, quand bien même il devait en être la victime. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas encore le moment. Si le rejeton d'Edgar devait céder, ce n'était pas maintenant. Gabriel était comme un jouet avec lequel Nathaniel prenait le plus grand des plaisirs à s'amuser, et il n'avait pas encore suffisamment joué.

Gabriel, de son côté, ne perdait pas le nord. Il demandait à Nathaniel une preuve de sa sincérité, ce qui était tout à fait compréhensible. Le jeune homme, quand bien même il était un brin trop naïf, n'était au moins pas complètement crédule. Il faisait preuve d'une défiance ce qu'il y a de plus naturelle, et qui était tout à son honneur. C'était en partie sur cette défiance que reposerait la plupart de ses plans. Quand bien même il aurait préféré laisser mariner ce cher prince dans son jus, Nathaniel savait que pour parvenir à ses fins, il fallait qu'il fasse preuve d'un peu plus de souplesse, et cède à quelques concessions.

-Bien sûr, vous aurez toutes les preuves que vous voulez.
Répondit-il d'une voix chantant, comme s'il n'avait fait que l'envisager depuis le début. Il marqua une pause, le temps de réfléchir à quelle preuve convaincrait ce bon prince quand la réponse lui parut évidente. Et à y réfléchir, le plus malsain de ses sourires s'afficha sur son visage. Je vous ferai parvenir une lettre. Écrite de sa main.

Oh que oui il pensait ce qu'il disait. Et c'était non sans un certain plaisir qu'il imaginait quelle réaction aurait Eléonore quand il lui demanderait d'écrire une lettre s'adressant à Gabriel.

Le rejeton d'Edgar demanda ensuite au vagabond les raisons qui l'avaient poussé à lui demander de venir. Que répondre à cela ? Qu'il s'ennuyait et avait tout simplement besoin d'égayer sa journée ? Non... mieux valait ruser.

-J'ai un arrangement à vous proposer... J'aimerais vous poser des questions au sujet de votre père, j'aimerais que vous y répondiez sincèrement, et si vous le faites, je vous apprendrais sur votre cher roi de géniteur ce qu'il semble avoir omis de vous dire...
légère pause. Et, bien sûr, vous pouvez revoir Eléonore.

Oui, c'est ce qu'on appelle du chantage, oui, Nathaniel savait être parfaitement vicieux.
Non, il n'avait pas honte. Certainement pas.



(c) alysha




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Mer 31 Oct - 8:25

-Bien sûr, vous aurez toutes les preuves que vous voulez.

Devait-il vraiment le croire ? Gabriel se sentait, bien malgré lui, animé d'un sursaut d'espoir. Mais fallait-il vraiment y croire ?

La question se poserait apparemment toujours avec ce présumé Dorian. À chaque fois qu'ils se voyaient, notre prince était confronté au même dilemme. L'écouter ? Le croire ? Se méfier... mais jusqu'à quel point ?

L'homme qu'il avait en face de lui finirait-il par véritablement lui fournir la preuve qu'il demandait. Il y avait plutôt intérêt.

Si, à leur prochaine entrevue, il n'obtenait pas ce qu'il avait demandé. Il était résigné à tout arrêté.

Ce serait difficile, bien évidemment, car abandonner l'idée de toute entrevue avec Nathaniel, c'était également se refuser à poursuivre la seule piste un tant soit peu valable qui pouvait lui permettre de retrouver sa belle un jour.

Gabriel voulut s'assurer que la preuve était tangible et valable, son interlocuteur le devança dans son questionnement.


Je vous ferai parvenir une lettre. Écrite de sa main.

En soi, c'était la meilleure preuve qu'il puisse lui fournir. Avoir une lettre d'elle, c'était avoir la possibilité de communiquer avec elle, de l'avoir un peu plus à proximité. L'ennui... c'était qu'il ne connaissait pas son écriture. Savait-elle seulement écrire ? Gabriel refusait de se laisser trop aisément duper.

Gabriel voulut rétorquer que ce genre de preuves était une bonne chose, mais que cela ne lui suffisait pas, qu'il lui en faudrait davantage pour le croire et lui faire confiance, mais l'homme le prit de court. Totalement de court, Gabriel ne s'était pas du tout attendu à ce qu'ils se parlent de la sorte.


-J'ai un arrangement à vous proposer... J'aimerais vous poser des questions au sujet de votre père, j'aimerais que vous y répondiez sincèrement, et si vous le faites, je vous apprendrais sur votre cher roi de géniteur ce qu'il semble avoir omis de vous dire...

Gabriel fronça les sourcils. Qu'est-ce que cela cachait ? Car ça cachait forcément quelque chose. Le prince se sentait partagé entre une curiosité de plus en plus dévorante et une retenue qu'il estimait nécessaire. Il n'était certainement pas une bonne chose qu'il accepte le marché que lui proposait l'homme. Il avait beau avoir de plus en plus de doutes au sujet de son père, il était hors de question pour lui de le trahir...

… mais en même temps... voilà si longtemps qu'il espérait des réponses à ces questions auxquelles personne ne répondait.

Il choisit de faire comme celui qui s'adressait à lui. Faire mine de collaborer et ne parler que lorsque cela l'arrangerait. C'était, à coup sûr, le mieux qu'il puisse faire. Il était peut-être naïf, il avait tout de même en lui suffisamment de méfiance pour ne pas se faire totalement avoir.


"Très bien, c'est d'accord."
Se résigna-t-il à finalement répondre.

Au pire, si certaines questions que lui posait son interlocuteur était trop délicate, il pourrait toujours mentir. Gabriel était convaincu que son interlocuteur ne s'en priverait pas, lui aussi.

" Mais s'il faut poser des questions, c'est moi qui commence."
Il marqua une pause. "Quel rapport a mon père, exactement, avec la disparition d'Eleonore ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Jeu 1 Nov - 23:00



" Lave-toi des illusions qui te salissent, de la cage dorée qui t'emprisonne". + Gabriel



Nathaniel cru lire dans le regard du prince quelles pensées étaient en train de se cheminer dans son esprit. Le fils de ce bon vieil Edgar n'était pas aussi sot qu'il voulait bien le laisser paraître, ou pas suffisamment sot, du moins, pour se laisser trop facilement duper et croire à toutes ces belles paroles. C'était une bonne chose, en soi. Certes, quoi que fasse Gabriel, le vagabond le prendrait toujours pour un pauvre naïf, nourri et élevé selon les idéaux mensongers que lui avait inculqué son géniteur, mais pour autant, il admettait voir en lui une capacité, ne serait-ce que légère, à se rebeller, et un certain potentiel. Du potentiel dans l'art de servir ses desseins. Puisqu'il ne semblait plus accorder une foi pleine et entière dans ce que lui disait son père, il était fort probable qu'il trouve une utilité à ce petit.Gabriel sembla réfléchir un moment, donc, pesant sans doute le pour et le contre de ce qu'un tel marché impliquait, puis finalement, comme convenu, et une once d'hésitation dans la voix, il se résigna à accepter l'accord que lui avait proposé Nathaniel. Ce bon prince aurait conclu un pacte avec le diable que les circonstances et conséquences de cette décision n'auraient pas forcément été bien différents, mais Gabriel ignorait tout encore de la nature de l'évadé, et de son incompréhensible duplicité, grand bien face à notre rebelle inconséquent. Un sourire malicieux... et un brin vicieux, il faut le dire, vint remplacer l'habituel sourire nonchalant de Nathaniel, s'installant confortablement sur son visage. Si Gabriel jouait le jeu, les choses allaient vraiment devenir amusantes... et intéressantes, qui plus est.

Gabriel voulut cependant imposer ses propres règles dans le jeu créé par l'ancien détenu... Surprenant. Nathaniel ne s'était pas attendu à une telle initiative de sa part, puisque celle-ci dénotait d'une certaine force de caractère. Peut-être ce bon prince avait-il plus hérité de son père qu'il n'y paraissait ? Allez savoir... le commun des mortels avait souvent le don de vous surprendre. Nathaniel marqua une légère pause, signe d'hésitation. Le vagabond n'aimait pas que l'on interfère dans les jeux dont il avait décidé d'être le maître, se complaisant dans son rôle de deus ex machina... mais s'il n'acceptait pas de laisser à Gabriel le droit d'intervenir, il risquait de perdre pour de bon l'opportunité qui s'offrait à lui. Nathaniel accepta donc que Gabriel lance les hostilités et répondit à sa question, question aussi épineuse qu'amusante, qui en disait long sur les doutes que pouvait avoir le prince au sujet de son paternel.

-La veille de votre mariage, Eleonore a voulu quitter le château. Edgar l'a surpris... et l'a puni.
Nathaniel marqua une pause. N'as-tu jamais remarqué que beaucoup de personnes, dans le royaume, ont mystérieusement disparu ?

Quel plaisir que de permettre au prince d'effleurer la vérité. Quand il comprendrait sur quelle mascarade reposait le règne de son père... Nathaniel aurait fait un pas de plus vers la victoire. Nathaniel hésita, en contrepartie, à poser sa question tout de suite, mais il voulait profiter de la réaction du rejeton d'Edgar, et pour cela, mieux valait qu'à sa réponse succède le silence.



(c) alysha




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Jeu 8 Nov - 19:24

.Gabriel appréhendait autant qu'il s'impatientait d'entendre quelles révélations le vagabond avait à lui faire. Il craignait tout comme il espérait que les informations qu'il allait apprendre changent à jamais sa vision du monde.

D'une certaine manière, il savait déjà qu'il allait devoir remettre en cause ses propres convictions afin de disposer des révélations qui lui seraient faites sans se montrer sceptique.

Il se sentait prêt et capable de croire en n'importe qui, même en cet homme dont il ne savait rien, si cela pouvait leur permettre de dissiper enfin les zones d'ombres qui lui dévoraient l'existence.

Ne croyez pas qu'il était naïf au point de ne pas savoir qu'il allait devoir faire la part de ce qui était vrai ou de faux. Mais entendre plusieurs sons de cloche ne lui feraient pas trop de mal.

Il y avait trop longtemps qu'il écoutait les propos de son père comme s'ils étaient paroles d'évangile. Il était temps qu'il ouvre les yeux et qu'il accepte le fait qu'il avait peut-être vécu dans une cage dorée. La pilule serait très certainement difficile à avaler mais sa soif de savoir était plus grande que n'importe quoi. Elle le consumait, et rien d'autre ne comptait que sa quête de vérité.

-La veille de votre mariage, Eleonore a voulu quitter le château.


Déjà, Gabriel ne voulait plus le croire. Il n'avait jamais envisagé la possibilité qu'Eléonore s'en soit allée de son plein grès. Mais en même temps... Se braquer par pur amour propre était complètement vain à l'heure qu'il était.

Oui, son interlocuteur mentait peut-être, mais il serait temps d'en juger une fois qu'il aurait fini de parler.


Edgar l'a surpris... et l'a puni.

Les yeux du prince s'écarquillèrent. Devait-il vraiment le croire ? Et qu'entendait-il par « punir » ? Pourquoi Eléonore serait-elle partie, alors qu'on lui proposait tout ce dont une jeune fille à marier pouvait rêver ? Pourquoi il semblait au prince que la punition infligée par le roi avait été des plus cruelles.
-N'as-tu jamais remarqué que beaucoup de personnes, dans le royaume, ont mystérieusement disparu ?

Bien que Gabriel voulut ne rien laisser paraître des pensées qui se bousculaient dans sa tête, elles transparaissaient d'elles-même sur son visage. Malgré lui, Nathaniel l'obligeait à réfléchir.

Il est vrai que beaucoup d'individus avait cette tendance à disparaître, mais Gabriel ne s'en était jamais inquiété. Ils allaient dans ce mystérieux royaume du bout de l'océan, non?

"Je ne veux pas que vous souleviez des questions, je veux seulement des réponses."
Répliqua sèchement Gabriel, qui s'agaçait de tant de mystère. Il voulait tout savoir. La vérité sur un plateau d'argent. Voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Dim 11 Nov - 0:28



"Oubliés par l'Histoire". + Gabriel



Eh bien, quand Gabriel voulait quelque chose, il se montrait plus déterminé à l'obtenir que ce que Nathaniel avait supposé. Cela devait venir de son éducation. Celle-ci l'avait rendu certes naïf et peu à même de comprendre le vrai monde, mais l'avait, en même temps, habitué à obtenir tout ce qu'il désirait (voilà ce qu'était l'avantage autant que le désavantage d'être un prince, on finissait forcément pourri et gâté). Pour le seul plaisir de faire comprendre à son interlocuteur que tout ne lui était pas dû, le vagabond avait bien été tenté d'envoyer Gabriel sur les roses et de ne pas accéder à sa requête... mais il avait conscience que ce serait passer à côté d'une bien trop belle occasion. Alors il décida de satisfaire à la curiosité du prince, ce qui ne serait qu'un maigre compromis étant donné qu'il tardait au fugitif de lire l'expression qui s'inscrirait sur le visage du prince quand celui-ci entendrait la vérité, et étant donné qu'il s'ouvrait une voie royale vers... eh bien... la royauté.

-Très bien, majesté. C'est comme tu voudras...

Aviez-vous remarqué que, subrepticement, et pour la deuxième fois déjà, Nathaniel était passé du « vous » au « tu »... Déjà qu'il devait accepter les directives du prince, il était hors de question pour lui de ne pas glisser une quelconque marque d'irrespect à l'adresse de son interlocuteur. Et quoi qu'il en soit, d'ailleurs, il n'avait pas l'intention de vouvoyer le jeune homme indéfiniment. Il décida donc de tout lui déballer d'un bloc, non, pour autant, sans enrober un peu son récit. Nathaniel avait toujours eu un goût prononcé pour le mélodrame.

-Ces gens qui disparaissent du jour au lendemain, c'est Edgar qui les fait disparaître. Parce qu'ils sont gênants, parce qu'ils ne sont pas... conformes à votre idéal de perfection. Il a pensé pouvoir nous rayer de l'histoire et faire comme si nous n'avions jamais existé, moi... Eléonore... Il nous a enfermé, mis en cage, comme des animaux.

À nouveau, il modifiait les faits à sa convenance. Dire à Eleonore qu'elle avait été envoyée sur l'île des soupirs non en tant que gardienne mais en tant que prisonnière aurait sans doute plus d'impact sur le rejeton d'Edgar. Nathaniel n'était pas convaincu que Gabriel comprenne tout de ce qu'il venait de dire, mais il préférait ne pas trop entrer dans les détails, afin que les doutes subsistent dans l'esprit du fils Basiel. Quand on avait passé sa vie à connaître un monde dirigée par un idéal, il était difficile de croire qu'une autre forme de monde avait pu exister auparavant. Des notions telles que la souffrance, la mort, ou l'enfermement, qui étaient si parlantes pour le fugitif le seraient certainement moins pour un jeune homme qui n'avait pas une seule fois eu affaire à ce genre de choses.
Autant dire qu'à présent qu'il était entré en contact avec lui, la donne allait largement changer. Le prince allait-il accepter cette vérité ? Nathaniel, en lui expliquant ainsi les choses, le mettait à l'épreuve. Qu'il en sorte vainqueur ou non, ce ne serait pas sans conséquences pour lui.



(c) alysha




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Mer 21 Nov - 20:33

-Très bien, majesté. C'est comme tu voudras...

Appeler quelqu'un “majesté” et dans le même temps le tutoyer semblait être une façon d'agir bien étrange, mais finalement, elle n'étonnait pas outre mesure Gabriel, qui commençait à comprendre qu'il ne devait pas s'attendre à un comportement logique ou entièrement compréhensible de la part de son interlocuteur, même si celui-ci pourait lui être salutaire.

Alors bien que cette familiarité l'agaçait pour le moins, le prince de tout Féerie laissa agir son interlocuteur sans mot dire.

Il aurait été fort dommage de contester maintenant, il faut dire, alors que celui qui se faisait appeler Dorian (Gabriel n'avait jamais été totalement convaincu par le fait qu'il puisse s'agir de son vrai nom) semblait bien vouloir accéder à sa requête.

Ne pensez pas que Gabriel ne se méfiait pas du tout... bien au contraire, mais il osait croire qu'il ressortirait de cet entretien en en sachant plus que lorsqu'il était arrivé. Le plus dur serait de démêler le vrai du faux dans les propos de son interlocuteur.


-Ces gens qui disparaissent du jour au lendemain, c'est Edgar qui les fait disparaître. Parce qu'ils sont gênants, parce qu'ils ne sont pas... conformes à votre idéal de perfection.

Incompréhension et horreur se mêlaient dans le regard du prince. Ce que le vagabond était en train de dire ne pouvait pas être vrai, en aucune manière. Et qu'est-ce que ce mot voulait dire, d'abord, “disparaître”? Et qu'entendait-il par idéal de perfection?

Gabriel en avait eu le pressentiment, maintenant il savait qu'on se jouait de lui...

...Et pourtant, en son for intérieur, quelque chose lui disait qu'il y avait peut-être du vrai dans ce qui lui était raconté. Il manquait tant de pièce au puzzle qu'il essayait d'assembler. Et plus il en accumulait, plus il devenait difficile de croire. Croire. Tout reposer là-dessus? Quelle vérité se dissimulait sous ces couches d'illusion? Qui était sincère?


-Il a pensé pouvoir nous rayer de l'histoire et faire comme si nous n'avions jamais existé, moi... Eléonore... Il nous a enfermé, mis en cage, comme des animaux.

Cette fois, les yeux de Gabriel s'écarquillèrent d'horreur. Cette vérité là dépassait sa compréhension, il ne pouvait pas y croire.


"Comment osez vous!"
S'exclama-t-il d'un ton indigné.

Gabriel n'était peut-être pas l'homme le plus engagé du monde, mais s'il fallait laver l'honneur de sa famille. Il lèverait son épée sans hésiter. La vérité était qu'il n'était pas encore prêt à lui dire la vérité.


"Mon père ne ferait jamais ça."
Il lança à son interlocuteur un regard assassin. "Je savais que je n'aurais pas dû vous faire confiance."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Lun 26 Nov - 16:29



"Bienvenue dans le désert du réel, où croît aussi ce qui sauve". + Gabriel



Ce bon prince n'en crut pas ses oreilles. Rien d'étonnant à cela. Quiconque avait vécu dans l'illusion toute sa vie souffrait qu'on lui montre l'existence sous son vrai visage. Nathaniel n'avait jamais eu à voir les choses à travers le voile de mensonge qu'Edgar avait tissé, mais, ayant passé dix-huit années de sa vie en prison, il avait eu l'occasion de voir des dizaines... des centaines, même, d'espoirs se briser. Celui de son interlocuteur en ferait de même, avec ou sans son aide... Mais avec son aide, tout de même, de préférence. Il avait prit pour habitude d'ouvrir les yeux à quelques âmes pures et innocentes, et il pensait ne pas s'en sortir trop mal, dans cette exercice (Eleonore en était la preuve vivante). La pilule devait être d'autant plus difficile à avaler pour Gabriel que c'était l'honneur de son père et de sa famille que l'on remettait en cause. Nathaniel comprenait parfaitement le fait que le rejeton du roi soit sur la défensive. Le contraire aurait été des plus surprenants, d'ailleurs. Il ne se montra pas intimidé outre mesure par l'arme qui était à présent pointé sur lui. Le vagabond avait longtemps était coutumier des combats singulier, et même s'il avait un peu perdu de ses réflexes, enfermés entre quatre murs froids et humides, il songeait ne pas risquer grand chose. Il devinait son interlocuteur, il avait peur... effrayé de découvrir que ce qu'il entendait relevait de la plus pure et stricte vérité. Car si Nathaniel manipulait le jeune homme (et croyez bien qu'il ne s'en privait pas), cette fois, il ne lui mentait pas. Il lui disait la vérité. Afin de servir des fins peu louables, certes, mais son discours n'en était pas moins véridique. C'est donc d'un ton calme, presque doucereux, que le fugitif prit la parole, afin de faire comprendre à son interlocuteur qu'il ne le craignait pas, mais aussi et surtout qu'il était on ne peut plus sérieux.

-Pourquoi tu es venu, alors ?
Il lui adressa un sourire enjôleur, sorti tout droit de sa panoplie d'indénombrables sourires. Si tu étais convaincu que je ne suis pas quelqu'un de confiance, pourquoi as-tu désobéi à ton père pour venir me rejoindre ? Il marqua une légère pause. Je vais te dire ce que je pense. Je pense qu'au fond de toi, tu as toujours su que quelque chose n'allait pas, que quelque chose échappait à la logique d'un monde à laquelle on a voulu te faire croire. Tu as fermé les yeux pendant des années, car on a su endormir ta méfiance. Puis Eleonore a disparu, l'équilibre a été brisé, et tu as commencé à comprendre qu'on était en train de te mentir, effrontément, même. Tu as compris que tu était prisonnier.  Il marqua une nouvelle pause. Son évident goût du drame l'invitait à ménager un certain suspens au cœur de son discours. Plus peut-être que j'ai pu l'être moi-même, à croupir derrière des barreaux. Tu ne me fera pas de mal, Gabriel. Parce que tu sais que j'ai raison. Tout comme tu as raison de ne plus croire.



(c) alysha




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Dim 16 Déc - 16:47

(désolée, j'ai été lamentablement lente à te répondre)


-Pourquoi tu es venu, alors ?

La question se posait en toute légitimité. Pourquoi était-il venu ? Lui-même avait tendance à se poser la question, parfois, souvent... Pourquoi était-il venu ?

À chaque fois qu'il venait à la rencontre de « Dorian », il prenait un risque immense. Il savait que son père avait de plus en plus de soupçons, et que son attitude ne passait pas inaperçu.

Et en même temps, il savait qu'il n'obtiendrait pas forcément ce qu'il recherchait.

Pourquoi venait-il ? Parce qu'il en avait besoin, au fond.

-Si tu étais convaincu que je ne suis pas quelqu'un de confiance, pourquoi as-tu désobéi à ton père pour venir me rejoindre ?


Nouvelle question, fort légitime, à laquelle il ne savait pas trouver de réponses qui ne soient pas complètement hypocrite.

À chaque fois qu'il essayait de répondre à ces interrogations, il pratiquait l'auto-conviction. « Je suis là pour retrouver Eléonore », se disait-il, et ainsi parvenait-il à mieux dormir la nuit.

Bien évidemment, il était là pour elle. Elle lui manquait terriblement, comme si on lui avait arraché violemment une partie de lui-même. Mais il n'y avait pas que cela. Il se raccrochait à la seule piste viable (et encore) qu'il possédait, mais il n'y avait pas que cela qui l'invitait à en apprendre davantage.

-Je vais te dire ce que je pense. Je pense qu'au fond de toi, tu as toujours su que quelque chose n'allait pas, que quelque chose échappait à la logique d'un monde à laquelle on a voulu te faire croire. Tu as fermé les yeux pendant des années, car on a su endormir ta méfiance. Puis Eleonore a disparu, l'équilibre a été brisé, et tu as commencé à comprendre qu'on était en train de te mentir, effrontément, même. Tu as compris que tu était prisonnier.

Gabriel avait le sentiment que son interlocuteur lisait en son âme mieux que lui-même en était capable. L'approuverait-il en sa présence ? Il avait trop d'honneur, pour cela. Cependant, il est vrai qu'il avait touché juste.

Plus le temps passait, plus les questions s'accumulaient. Que lui cachait son père, exactement ? Et Anthony ? Même Anna ne semblait pas vraiment honnête avec lui. Quelle affreuse vérité lui dissimulait-on ? Il avait besoin de savoir.

...Et il était presque certain que l'homme en face de lui détenait les réponses à ses question, détenait la vérité. Et c'était également pour cela, oui, qu'il ne refusait jamais de venir le voir.



-Plus peut-être que j'ai pu l'être moi-même, à croupir derrière des barreaux. Tu ne me fera pas de mal, Gabriel. Parce que tu sais que j'ai raison. Tout comme tu as raison de ne plus croire.

Gabriel baissa les yeux. Dans un instant de faiblesse, il ne su plus soutenir le regard du vagabond. Il parvint malgré tout à reprendre ses esprits.... et replanta son regard dans celui de l'ancien prisonnier, aspirant à lui montrer qu'il ne le croyait pas, quand bien même ses doutes s'accumulaient, et donner raison à son interlocuteur devenait logique.


-Je veux retrouver Eléonore, c'est tout. Et si vous n'acceptez pas de me mener à elle, alors je cesserai de venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Sam 29 Déc - 17:17

.


Dernière édition par Nathaniel le Mer 30 Jan - 18:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Gabriel Basiel
La famille royale
La famille royale
avatar

Messages : 45

Feuille de personnage
Votre âge: 17 ans
Votre devise: "Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve"
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Sam 5 Jan - 17:43

.
-Très bien. Ta royale impatience sera payante. Je te promets que la prochaine fois que nous nous verrons, Eléonore sera avec moi.


La nouvelle vint tant satisfaire Gabriel qu'il en oublia le certain irrespect de son interlocuteur (« Ta royale impatience », que ne fallait-il pas supporter d'entendre...).

C'est vrai, il aurait aimé que le vagabond s'adresse à lui autrement, mais s'il venait lui promettre que sa belle serait bientôt à ses côtés, alors il était prêt à passer outre les écarts de langage de l'homme qui lui faisait face.

Il sentait son cœur battre plus fort et plus rapidement, comme ç chaque fois que la jolie blonde venait hânter son esprit. La perspective de la revoir le mettait dans un état proche de l'euphorie.

Restait à espérer que Nathaniel ne lui mentait pas et tiendrait bien promesse, ce dont il ne pouvait guère être sûr. Quoi qu'il en soit, il serait fixé à leur prochain rendez-vous, et il escomptait bien de voir ses attentes satisfaites. En tant que prince, il avait toujours eu tout ce qu'il voulait, il n'aurait pas supporté qu'on le prive de quelque chose qu'on lui promettait.

-Si je ne tiens pas cette promesse, alors nous ne nous reverrons plus jamais, et je te laisserai à tes illusions.


C'était là ce qu'il espérait ? Oh, mais il avait à craindre bien plus de représailles si, à leurs prochaine rencontre, Gabriel n'obtenait pas gain de cause. Il n'était pas violent de nature, mais il ne répondrait pas de ses actes, et ses représailles manqueraient d'être brutales.

Non... il ne le laisserait certainement pas partir sans représailles, dans l'éventualité où celle qui aurait dû être sa femme ne se présentait pas à lui la prochaine fois.

L'entendre parler de ses soi-disant illusions ne l'aidait pas à avoir plus d'estime à l'égard de cet homme. Il n'avait qu'une envie : enlever Eléonore de son emprise, et vivre avec elles le mariage dont ils avaient été privés. Tant pis pour Anna, tant pis pour ses parents... Il voulait pouvoir enfin vivre selon son cœur sans avoir à faire semblant.


-Réfléchis tout de même à ce que je t'ai dit. Cela ne pourra que te rendre service. Et crois bien qu'Eléonore confirmera mes dires lorsque tu la reverras.


Réfléchir ? Il le ferait, mais malgré lui. Il n'en avait pas envie mais voilà, les questions s'imposaient à son esprit.


-Quand nous revoyons nous ?


Dans sa grande impatience, Gabriel espérait que ce serait le plus tôt possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel
La rébellion
La rébellion
avatar

Messages : 349

Feuille de personnage
Votre âge: hum...
Votre devise: Tout vient à point à qui sait attendre...
Race: Humain/Humaine

MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   Mer 30 Jan - 18:45



"Les meilleures choses ont une fin". + Gabriel



Le sourire de Nathaniel s'élargit. Il le tenait. Il tenait sa misérable existence entre ses mains, et il était fin prêt à... non pas l'écraser, mais la modeler à sa convenance, comme s'il ne s'agissait que d'une misérable pièce d'argile. Nathaniel, au terme de cette conversation, tenait le prince pour moins benêt que ce qu'il avait pu bien croire. Cela n'empêchait pas qu'il avait en lui cette dose immense de naïveté qui le rendait aisément manipulable. Il avait des doutes, autant sur lui que sur son père, cela s'entendait dans le ton de sa voix, ce ton légèrement tremblant. Les choses se passeraient selon ses plans, puisqu'il ne pouvait en être qu'ainsi. Ce prochain rendez-vous devait avoir lieu prochainement, qu'Eléonore se joigne à lui semblait nécessaire pour que la mascarade puisse se poursuivre. Léger risque qu'il prenait là. Mais ce n'en était qu'un sur des millions, dans le fond, pas de quoi en faire tout un plat non plus.

-Je t'avertirai de la même manière que les fois précédentes.


C'est à dire en lui faisant parvenir un message par l'intermédiaire d'Anthony, sans que le prince se doute que celui-ci avait quoi que ce soit à faire avec toutes cette histoire. Le serviteur risquait d'ailleurs fort de protester en apprenant qu'il allait devoir une nouvelle fois jouer les entremetteurs anonymes... et il pesterait encore plus s'il finissait par apprendre qu'Eléonore serait présente au prochain rendez-vous (ce que Nathaniel avait bien sûr l'intention de lui préciser, ne passant jamais à côté d'une occasion de pousser son ancien ami dans ses retranchements). Un jour, Anthony n'aurait plus à jouer double-jeu qu'auprès d'Edgar, Nathaniel était prêt à s'y engager auprès de lui. Mais il allait falloir attendre, attendre que ce bon roi n'ait plus aucune emprise sur l'esprit hautement influençable de son fils.

-Je te promets que cela ne prendra pas longtemps.


Il n'ajouta rien de plus. Pour lui, cet entretien était déjà fini. Il n'y avait rien à ajouter, et si Gabriel s'avisait de le faire, il recevrait sûrement en retour la plus lacunaire des réponses. Nathaniel se vântait sans cesse d'être le maître du jeu, celui que personne n'avait jamais su égaler jusqu'alors, et il y tenait plus que toute autre chose.

-J'ai été ravi de te revoir, Gabriel.

Ce n'était même pas un mensonge, il trouvait toujours ses délicieuses entrevues avec le fils d'Edgar, il appréciait d'avoir indirectement une emprise sur le roi de Féerie sans que celui-ci se rende compte de quoi que ce soit. Mais comme toute enfant face à l'un de ses jouets, le vagabond avait tendance à se lasser très vite. Il s'était lassé du prince. Pour le moment du moins. Il était temps pour lui de s'en aller.


(c) alysha



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feery-tales.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dis moi qu'elle va bien (Nathaniel)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut bien se nourrir. [1 er post Rouxy (: ]
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» Qu'on est bien, ici ! (PV. Nuage Fleuri)
» Un repas bien mérité ! (PV : Thérésa ♥)[Terminé]
» Les festivités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feery Tales :: Féerie :: 
La forêt
 :: La clairière
-
Sauter vers: